Egalité et mariage gay : petit tour d'horizon politique avant 2012

La question déchaîne les hommes politiques, après le texte de loi proposé par les socialistes. Si même dans la majorité, certaines voix se prononcent pour, d'autres n'hésitent pas à dégainer des commentaires haineux.

Le débat initié à l’Assemblée nationale sur la question du mariage gay par la gauche continue de faire des vagues. En proposant le texte de loi à l’Assemblée, la gauche a ainsi mis les pieds dans le plat et a eu le mérite d’initier un débat de fond sur une question de société qui divise encore aujourd’hui et qui devient un enjeu pour les prochaines échéances électorales de 2012 (présidentielle et législatives à venir).

MariageGay

En effet, la gauche dans son ensemble est plutôt favorable au mariage gay. Les jeunes socialistes font actuellement campagne sur le thème du mariage homo et demandent à chaque citoyen de mettre un message personnel sur le site www.stopalhomophobiedetat.fr

Les jeunes socialistes estiment également que de "voter contre l'ouverture du mariage aux couples de même sexe, c'est défendre publiquement une inégalité de droit entre deux personnes, au motif de leur orientation sexuelle, ce qui est profondément contraire aux valeurs de la République" et contraire au premier article de la Déclaration des Droits de l’Homme, "la République ne (pouvant) se permettre de perpétrer des inégalités, au motif de l'orientation sexuelle ou de la couleur de la peau" d’une personne. Face au rejet du texte proposé à l’Assemblée nationale, les jeunes socialistes en viennent donc à se demander si "En s'opposant à cette loi, l'UMP (ne) ferait-elle (pas) son coming-out homophobe ?". La question est posée …

Et il est vrai que la question déchaîne les politiques. A ce titre, plusieurs voix se sont ainsi élevées pour prendre part au débat se positionner en faveur du mariage. Parmi ces personnalités nous pouvons ainsi retrouver Nicolas Hulot (EELV et candidat aux primaires écolos), Jean-Louis Borloo (Parti Radical et potentiel candidat centriste à la présidentielle), Dominique de Villepin (République Solidaire et potentiel candidat à la présidentielle), Laurent Hénart (député Radical), Henriette Martinez (députée UMP), Franck Riester (député UMP), Yves Jégo (député UMP), Christian Estrosi (député UMP) … Même Benjamin Lancar – patron des jeunes UMP – se dit favorable au mariage homosexuel. Une véritable césure à droite et plus exactement au sein de l’UMP se fait désormais jour.

Roselyne Bachelot - également favorable au mariage et instigatrice du PACS – s’est attiré les foudres de ses collègues UMP. Au point que sept d’entre eux – membres du collectif de la droite populaire – réclament sa tête et souhaitent qu’elle démissionne de son poste de ministre des Solidarités : "Nous demandons tous les trois à Mme Bachelot de démissionner. Ses déclarations sont scandaleuses. (…) Si elle se situe au côté du PS et pas de la majorité, alors il faut qu'elle démissionne !" explique ainsi Philippe Meunier, principal instigateur de cette fronde.

De son côté Jacques Myard continue, estimant : "Elle est incohérente, elle rompt la solidarité gouvernementale et surtout, elle va directement à l'encontre d'un vote de l'Assemblée nationale, dont elle se fout visiblement. C'est grave, c'est du mépris."

Cette prise de position de Roselyne devient donc une véritable épine dans le pied du gouvernement et de l’UMP (une de plus). Le Premier ministre lui-même, François Fillon, a du prendre position et la défense de Roselyne Bachelot dans cette histoire et mettre de l’ordre dans la cacophonie ambiante. Ainsi ce dernier déclare que "La droite populaire a été plus qu'excessive en demandant la démission de Roselyne Bachelot après sa prise de position (…) C'est grossier. Sur des sujets comme ça, on ne peut pas exiger que les gens renoncent à leurs convictions. C'est presque totalitaire de demander ça".

De son côté, la secrétaire d’État à la jeunesse, Jeannette Bougrab, s’est prononcée en faveur du mariage gay estimant que la France viendra un jour au mariage homosexuel : "Comme il existe en Espagne, comme il existe aux Pays-Bas. Moi j'ai été très surprise qu'à l'arrivée de Zapatero (...), ça a été adopté dans un pays qui est pourtant profondément catholique et très pratiquant". Mme Bougrab est également revenue sur le cas Bachelot à qui elle a apporté son soutien, estimant que cette affaire était "très triste".

La question du mariage gay fait donc débat, les détracteurs de plus en plus isolés restent pourtant très actifs.

Ainsi Mme Boutin – qui en passant ferait bien de revoir la notion de pardon et de tolérance chrétienne – et M. Vanneste restent de fervents opposants à l’union de personnes du même sexe. M. Vanneste – homophobe pur et dur et reconnu – a donc tenu des propos choquants ces derniers jours. Adepte de la provocation gratuite à deux balles – sûrement dû à des lacunes culturelles ou à une déficience intellectuelle, en mal de médiatisation peut-être – Ce monsieur a ainsi qualifié "d’aberration anthropologique" l’idée d’un mariage entre personnes du même sexe.

Expliquant : "Je ne vois pas en quoi l'Assemblée nationale doit s'intéresser à une aberration anthropologique. Il n'y a que deux sexes, les hommes et les femmes. Et la société doit assurer sa pérennité par le mariage des hommes et des femmes. Le reste, c'est une question de mode, liée à quelques lobbies qui ont manifestement beaucoup de pouvoir (…) Ce n'est pas parce que quelques personnes ont des comportements, disons 'curieux', que forcément la société doit s'en préoccuper (…) C'est une affaire privée, qui ne concerne pas l'avenir de la société (…) C'est du plaisir sexuel, c'est du divertissement, de l'affection. En quoi cela intéresse la société? (…) La société s'intéresse au mariage dans la mesure où il est lié à la procréation dans la majeure partie des cas (…) Ce n'est pas la première fois qu'une mode sera à la mode parce que la presse l'aura décidé". Classe, comme toujours.

M. Vanneste n’est pas homophobe en fait, il n’a juste rien compris à rien et cherche juste à se faire mousser et à attirer la lumière médiatique à lui en cherchant la provocation. C’est juste une question de langage, une subtilité qui doit juste nous échapper, nous les gays. Une "aberration" intellectuelle en quelque sorte, ou une "aberration" tout court … Vanneste, une erreur ? Sûrement une belle erreur de la part de l’UMP. Ce monsieur est une honte.

Et pourtant ce dernier reste à l’UMP, sans être exclu, adoubé par le parti encore une fois et doublé par le silence complice du président lui-même. Ce même président qui pour rappel disait dernièrement "je ne voudrais pas qu'on laisse croire qu'il y a de l'homophobie dans le sport" en écho à une intervention de Chantal Jouanno – secrétaire d’Etat aux sports – qui avait annoncé le 8 juin dernier le lancement d’un plan de lutte contre les discriminations dans le sport. Belle mentalité non ?

Autre courant politique qui alimente aussi le débat de manière très négative, le FN et Marine Le Pen qui s’est entretenue dernièrement sur France Inter de la question. Et elle aussi a un avis plutôt très tranché sur la question. "Parmi les règles de notre société (…) Le mariage s'effectue entre un homme et une femme (…) Je ne pense pas qu'il soit positif de changer cette règle, parce que si on part de ce principe, on peut aller à la limite très loin dans la modification de notre civilisation (…) Pourquoi pas l'autorisation de la polygamie !", a-t-elle poursuivi.

"Il existe des familles polygames, pourquoi est-ce que demain un certain nombre de groupes politico-religieux ne demanderaient pas que la polygamie, sous prétexte d'égalité des droits, soit inscrite dans le code civil français? (…) Et bien, c'est une autre civilisation (…) On peut décider pourquoi n'a-t-on le droit de se marier qu'avec un homme, et pas avec plusieurs? Et vous aurez des gens qui le demanderont".

Interrogée sur l’avancée des droits des couples homosexuels Marine Le Pen a répondu : "on ne se mêle pas de la vie privée des gens, on considère que cela fait partie de la sphère intime. Quels droits autres que ceux obtenus par un certain nombre avec le PACS ? Le droit d'adoption ? Je suis également contre".

L’ignorance ou la peur de l’autre peuvent amener à dire des choses inconcevables et regrettables. On est dans une société qui reste malgré tout très conservatrice et qui a tendance à régresser. Verra-t-on un jour les principes d’égalité et de fraternité s’appliquer en France vis-à-vis des homos ? Rien n’est moins sûr…

Source de l'article: http://leplus.nouvelobs.com

Pour être informé dès qu'il y a une nouvelle vidéo, laisse ton email: