Le mariage homosexuel s'invite dans la campagne

La question du mariage homosexuel sera l’un des thèmes centraux de la campagne pour la prochaine élection présidentielle. Rejetée mardi par l’Assemblée nationale, la proposition de loi du Parti Socialiste autorisant l’union homosexuelle est enterrée au moins jusqu’en 2012. Si les mentalités n’évoluent pas, cela pourrait même être plus longtemps.

La proposition de loi du PS n’a été refusée par l’Assemblée nationale qu’à 293 voix contre 222. « Je suis extrêmement confiante, a déclaré Roselyne Bachelot jeudi, un jour le mariage entre personne du même sexe existera dans notre pays. » Passons outre le débat d’être pour ou contre et posons-nous une question : un vrai débat sur le mariage homosexuel pourra-t-il être organisé ?

Roselyne Bachelot n’a certainement pas imaginé à quel point ses propos auraient une résonance particulière. Alors qu’elle exprimait simplement son avis, trois députés UMP du collectif de la Droite Populaire ont demandé sa démission. Il s’agit de Philippe Meunier, Jacques Myard et Jean-Paul Garraud, respectivement 45, 64 et 55 ans, qui n’ont visiblement pas supporté que Mme Bachelot ait des idées contraires aux leurs. Ils ont même rédigé un communiqué dans lequel ils demandent à la ministre de « prendre ses responsabilités » après ses déclarations honteuses, inadmissibles, intolérables, choquantes.


Diantre ! Comment une femme – ministre de la majorité de surcroit – peut-elle tenir de tels propos dans un pays où la liberté d’expression existe ? C’est incroyable ! Heureusement que Jean-François Copé, le secrétaire général de l’UMP, a fait preuve d’ouverture d’esprit et de tolérance, lui, en reconnaissant que Roselyne Bachelot avait « pris une position personnelle » pour La Dépêche du Midi. Certains députés devraient en prendre de la graine.

N’oublions pas que 9 députés de la majorité ont voté pour le texte, et que plusieurs se sont abstenus. Jean-Louis Borloo a également voté pour et Dominique de Villepin, s’il ne fait plus partie de l’UMP, s’est déclaré favorable à la reconnaissance de l’union homosexuelle. Tout comme Jeannette Bougrab, secrétaire d’Etat à la Jeunesse, qui « estime que la marche vers l’égalité [passera par] cette reconnaissance » Mais « la liberté est-elle menacée par l’égalité ? », comme demande le sujet du bac de philo 2011. Plus sérieusement, Dominique de Villepin a très bien ciblé le problème : « Je crois que nous devons aujourd’hui évoluer et reconnaître que le mariage, institution civile, contrat civil entre deux personnes, peut être à la fois noué entre deux personnes de sexes différents ou deux personnes de même sexe. »Nous devons évoluer.

Evoluer, comme dans les sept pays d’Europe qui ont adopté le mariage homosexuel (Pays-Bas, Belgique, Espagne, Norvège, Suède, Portugal et Islande). Attention, je ne dis pas qu’il faut suivre nos voisins aveuglément, mais qu’il faut une évolution des mentalités. Voulez-vous une preuve ? J’en ai même plusieurs : « l’homosexualité est dangereuse et inférieure à l’hétérosexualité », pense le député UMP Christian Vanneste, Marine Le Pen assimile la question du mariage gay avec la polygamie (rien à voir), et la députée UMP Brigitte Barèges est devenue « célèbre » pour faire le rapprochement avec la zoophilie (encore moins de rapport). Mais dans quelle époque vivent-ils ?

Chaque camp a des arguments pour et contre qu’il est nécessaire d’écouter pour avancer sur ce sujet d’actualité. Tant que les hommes (et les femmes, évidemment) politiques resteront enfermés dans leur bulle parfois homophobe, le débat n’avancera pas.

Source de l'article: http://www.planetecampus.com

Pour être informé dès qu'il y a une nouvelle vidéo, laisse ton email: